rudd13_Michele AmorusoPacific PressLightRocket via Getty Images_drinking water Michele Amoruso/Pacific Press/LightRocket via Getty Images

La crise oubliée de l'eau et de l'assainissement

SUNSHINE COAST – La crise de la COVID-19 révèle l'importance de l'accès à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène. En l'état actuel des connaissances, le lavage des mains est l'une des meilleures défenses de première ligne contre le virus. Pourtant trois milliards de personnes – près de la moitié de la population mondiale – n'ont pas accès à des installations de lavage de mains de base, environ un tiers (2,2 milliards de personnes) n'ont pas accès à l'eau potable et près de deux fois plus (4,2 milliards) se passent de services d'assainissement sûrs, quels qu'il soient.

La situation est encore pire dans les îles du Pacifique, où la part de population sans accès sûr à l'eau potable est deux fois supérieure à la moyenne mondiale, et où les indicateurs sanitaires sont inférieurs à ceux de l'Afrique subsaharienne. Comme nous le constatons dans des pays comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l'absence d'installations pour maintenir une hygiène de base rend incroyablement difficile la lutte contre le virus une fois qu'il est en place.

Pourtant, en dépit de notre connaissance du problème, l'eau et l'assainissement perdent régulièrement la priorité à l'ordre du jour politique à l'échelle mondiale. Les politiciens sont rarement aussi impatients d'ouvrir une station d'épuration des eaux usées que d'inaugurer une nouvelle école ou un nouvel hôpital. Mais le problème n'est pas tant un manque de volonté politique qu'une incapacité à saisir les opportunités politiques. Après tout, il est difficile de penser à un autre service public aussi important que la fourniture d'eau potable et d'assainissement.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/9xo8WFrfr