0

La guerre et l'environnement

par Arne Jernelöv by Arne Jernelöv

Les préoccupations sur les conséquences environnementales de la guerre ont probablement vu le jour après que les premières bombes atomiques aient été larguées sur Hiroshima et Nagasaki à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, lorsque personne ne connaissait la durée de la contamination radioactive ni les mesures à prendre. Au cours de la Guerre Froide, les effets d'une confrontation nucléaire totale sur l'environnement devinrent une question de prévision et de spéculation, illustrée par le concept « d'hiver nucléaire ».

Les armes nucléaires n'ont pas été les seules à instiller ces peurs. L'utilisation de l'Agent jaune et de l'Agent orange en tant que défoliants lors de la guerre du Vietnam a entraîné un débat intensif sur les effets toxicologiques et écologiques de ces produits chimiques, ainsi que des enquêtes. Avant la première Guerre du Golfe en 1991, la discussion portait sur les possibles effets sur le climat mondial si l'Irak incendiait les champs de pétrole, ce qui est devenu par la suite la principale image de l'impact environnemental de cette guerre.

Des tentatives visant à examiner et à documenter systématiquement les conséquences environnementales des guerres ont ensuite vu le jour. Des études sur les guerres des Balkans et sur les nombreuses guerres qui ont ravagé l'Afghanistan dans les années 1990 ont été réalisées sur l'instigation d'organisations internationales telles que le Programme des Nations Unies pour l'Environnement. Malheureusement, les guerres qui se déroulent en Afrique (Congo, Rwanda et Burundi), au Liberia, en Sierra Leone et en Côte d'Ivoire n'ont pas encore reçu l'attention qu'elles méritent.