Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

schwarzer5_Thierry MonasseGetty Images_ursula von der leyen Thierry Monasse/Getty Images

La to-do list d’Ursula von der Leyen

BERLIN – Voici cinq ans, lorsque Jean-Claude Juncker accédait à la présidence de la Commission européenne, il était confronté à de formidables défis. Mais l’épreuve qui attend aujourd’hui sa successeure, Ursula von der Leyen est encore plus délicate.

Comme elle l’a souligné dans son « programme pour l’Europe », l’une de ses priorités absolues doit être d’apporter « un nouvel élan à la démocratie européenne ». Elle peut renforcer la légitimité démocratique de l’Union européenne de deux façons : dans ce qu’apporte l’Europe à ces citoyens, en s’assurant que les institutions répondent aux attentes, en un temps de changements rapides et d’escalade des périls extérieurs, mais aussi dans ce qu’apporte à l’Europe sa représentation, en encourageant une coopération constructive avec le Parlement européen.

Aujourd’hui pourtant, le Parlement apparaît extrêmement fragmenté et polarisé, ce qui rend difficile la construction d’une coalition pro-européenne stable. Pour faire voter des lois, von der Leyen aura besoin du soutien des conservateurs et des sociaux-démocrates, mais aussi de relations de travail solides et productives avec les verts et les libéraux. Elle devra probablement former des coalitions à géométrie variable, ce qui demandera à chaque fois du temps et augmentera les risques d’échec politique sur les questions qui divisent.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/9U1Ayk8fr;