President Nicolas Maduro Federico Parra/Getty Images

L'effondrement sans précédent du Venezuela

CAMBRIDGE – Dans un plébiscite organisé à la hâte le 16 juillet, qui a eu lieu sous les auspices de l'Assemblée Nationale contrôlée par l'opposition pour rejeter l'appel du Président Nicolás Maduro à une Assemblée Nationale Constituante, plus de 720 000 Vénézuéliens ont voté à l'étranger. Lors des élections présidentielles de 2013, seulement 62 311 électeurs se sont exprimés. Quatre jours avant le référendum, 2 117 candidats ont passé l'examen professionnel de médecine du Chili, dont près de 800 étaient des Vénézuéliens. Et le 22 juillet, lorsque la frontière avec la Colombie a été rouverte, 35 000 Vénézuéliens ont traversé le pont étroit entre les deux pays pour acheter de la nourriture et des médicaments.

Les Vénézuéliens veulent clairement s'en sortir : on comprend aisément pourquoi. Les médias du monde entier ont publié des articles sur le Venezuela et ont relaté des situations vraiment horribles, avec des images de famine, de désespoir, et de colère. La couverture de The Economist du 29 juillet résumait la situation en ces termes : « Le Venezuela dans le chaos. »

Mais est-ce simplement une mauvaise récession parmi d'autres, ou bien quelque chose de plus grave ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ju0sA06/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.