Sexualité voilée

NEW YORK – Une femme couverte de noir de la tête aux pieds, portant un foulard ou tchador, marche dans une rue européenne ou nord-américaine, entourée d’autres femmes en dos-nus, minijupes et mini shorts. Elle passe devant d'immenses affiches sur lesquelles des femmes se pâment d’extase, se courbent en petite tenue ou s'étirent langoureusement, quasiment nues. Ce tableau pourrait-il être plus représentatif de l’embarras de l'Occident vis-à-vis des mœurs de l'Islam, et inversement ?

Le corps des femmes est souvent au cœur des combats idéologiques ; et l’islamophobie occidentale ne fait pas exception à la règle. Quand la France a interdit le port du foulard à l'école, elle a utilisé le hijab comme faire-valoir des valeurs occidentales en général, y compris du statut de la femme. Lorsque les Américains se préparaient à envahir l'Afghanistan, les talibans étaient diabolisés notamment parce qu'ils refusaient que les femmes se maquillent ou se teignent les cheveux ; quand les talibans ont été renversés, les observateurs occidentaux ont fréquemment constaté que les femmes avaient ôté leur foulard.

Mais l'Ouest n’interpréterait-il de façon totalement erronée les moeurs musulmanes, en particulier ce que cela signifie pour nombre de musulmanes d'être voilée ou de porter le tchador ? Sommes‑nous incapables de voir nos propres marqueurs d’oppression et de contrôle des femmes ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/DuLwSJP/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.