4

Une solution au problème budgétaire américain

CAMBRIDGE – A l'approche de l'élection présidentielle américaine dans six semaines, il est temps de penser sérieusement à la manière de résoudre les problèmes budgétaires du pays. Quel que soit le vainqueur, cette question ne pourra plus être repoussée.

A juste titre les Américains ont le regard tourné vers le début de l'année prochaine, quand du fait de la législation en vigueur, pratiquement tous les impôts vont augmenter - une contribution supplémentaire des ménages et des entreprises à hauteur de plus de 3% du PIB. Les réductions automatiques du budget de la défense et d'autres budgets vont s'élever à 1%  du PIB en 2013 et dans les années qui suivront. Selon le Bureau du budget du Congrès (CBO), ces mesures pousseront l'économie américaine dans une grave récession l'année prochaine.

Hausses d'impôts et diminution des dépenses ne sont qu'une partie des problèmes qui se posent. Le plus grave est celui de l'énorme déficit budgétaire des USA à hauteur de 7% du PIB. Ce défiti est appelé à croître rapidement dans les décennies à venir en raison du vieillissement de la population et de la hausse des dépenses de santé, ce qui augmentera la part du budget consacré aux personnes âgées des classes moyennes. Même si les hommes politiques de droite et de gauche reconnaissent qu'il faut ralentir la hausse de ces dépenses pour éviter un déficit massif ou une hausse d'impôt spectaculaire, le coup de frein ne sera sans doute pas suffisant pour empêcher le taux de la dette publique/PIB d'augmenter.

La consolidation budgétaire nécessite donc des revenus supplémentaires et une hausse moins marquée des dépenses à caractère social. Après l'élection, les dirigeants américains seront confrontés à un défi : trouver une solution politiquement acceptable pour renflouer les coffres de l'Etat sans porter atteinte à la stimulation et à la croissance de l'économie. Ce sera d'autant plus complexe que beaucoup de membres du Congrès veulent que la réduction du déficit passe exclusivement par la réduction des dépenses.