6

Les Bases de la stabilité dans le Pacifique

WASHINGTON, DC – J’achève ce mois-ci une tournée de deux semaines en six étapes dans le Pacifique, qui a commencé par une visite à la 25e division d’infanterie de l’armée de terre des États-Unis cantonnée à Hawaï. Parfait point de départ pour ce voyage, rappelant, s’il est besoin, le rôle central de l’armée de terre des États-Unis dans l’architecture de la sécurité de la zone Pacifique.

La 25e division d’infanterie qui s’est gagné dans ses premières années d’existence le surnom d’« Éclair des Tropiques », fête cet automne son soixante-quinzième anniversaire. Les hommes et les femmes qui y sont incorporés – à l’instar, bien sûr, de tous les soldats de la région Asie-Pacifique – ont œuvré au cours du siècle dernier à garantir la stabilité régionale. Depuis le rééquilibrage stratégique des États-Unis vers l’Asie, décidé par le président Obama, leur part est plus importante encore.

Erdogan

Whither Turkey?

Sinan Ülgen engages the views of Carl Bildt, Dani Rodrik, Marietje Schaake, and others on the future of one of the world’s most strategically important countries in the aftermath of July’s failed coup.

Aujourd’hui, l’armée de terre des États-Unis est également sollicitée hors de la région. Elle est en première ligne dans la campagne de la coalition emmenée par les États-Unis contre le soi-disant État islamique, mais aussi dans les missions de soutien à la population afghane.

Nous n’en continuons pas moins à jouer un rôle nécessaire pour le maintien de la paix et de la sécurité dans la région Asie-Pacifique. Si la sécurité dans le Pacifique est souvent associée aux actions de l’aviation et de la marine américaine, l’armée de terre exerce des responsabilités de plus en plus importantes dans le renforcement des partenariats régionaux. Six des dix principales armées du monde sont présentes sur le théâtre d’opérations du Pacifique, et 22 des 27 pays de la région ont pour responsable de leur défense des officiers des forces terrestres : la nécessité d’une implication de l’armée de terre des États-Unis dans la région est claire.

Le programme Pacific Pathways est un des éléments clés de cette mission, qui implique de « nous joindre à des partenaires multinationaux pour mener une série d’exercices militaires destinés à améliorer la réactivité de l’armée de terre au moyen d’une préparation et de relations renforcées ». En participant auprès des soldats des États-Unis aux exercices de ce programme, à Hawaï, en Malaisie et en Alaska, j’ai pu constater de près combien ces efforts étaient utiles à la sécurité régionale.

À Hawaï, soldats américains et singapouriens participaient pour la trente-sixième année à des exercices conjoints. Des jeunes recrues aux généraux les plus expérimentés, les soldats des États-Unis entretiennent avec leurs homologues des liens étroits et partagent la même profonde fierté pour leur mission de sécurité. En ce sens, ces soldats sont aussi des ambassadeurs importants pour la région.

Le partenariat développé entre l’armée de terre américaine et la Malaisie est plus récent. Mais au cours des exercices conjoints annuels, j’ai pu voir que nos forces gagnaient en expérience et amélioraient leur interopérabilité ; j’ai également noté qu’elles étaient de plus en plus satisfaites du renforcement des relations. Si une catastrophe naturelle advenait dans le Pacifique, les liens forgés entre les États-Unis et la Malaisie permettraient de sauver des milliers de vies par une réponse commune à la crise.

Nous savons que nous devons poursuivre notre travail pour maintenir et renforcer notre présence dans le Pacifique, même si les soldats américains continuent d’assumer dans d’autres parties du monde des missions multiples et exigeantes. Nous pouvons répondre à ces besoins par une présence rotationnelle permanente.

Sur la base de Camp Casey, en Corée du Nord, j’ai déjeuné avec des soldats de la 1re division de cavalerie, qui s’étaient entraînés pendant neuf mois à Fort Hood, au Texas, avant d’entamer une rotation de neuf mois également dans la péninsule. Au cours de leur stationnement, l’état de préparation de ces forces ne cesse de s’améliorer, en raison de la qualité et de la rigueur de l’entraînement qu’elles ont suivi avec leurs partenaires des forces armées de la République de Corée.

L’armée de terre des États-Unis parvient aussi à entretenir sa souplesse, sa résilience et sa profondeur stratégique dans la région Asie-Pacifique grâce à des stocks prépositionnés – des réserves d’équipements indispensables au combat – sur les territoires alliés. Au Japon, par exemple, l’armée de terre américaine dispose de plus d’une centaine d’embarcations qui peuvent être employées pour un ravitaillement rapide en cas de catastrophe naturelle ou d’incident majeur.

Non seulement nous stockons des équipements, mais nous entraînons nos partenaires à s’en servir, et nous développons nos capacités logistiques pour les distribuer efficacement. Car l’armée de terre américaine doit avoir les moyens de répondre rapidement aux besoins des forces interarmées des États-Unis (armée de terre, marine, aviation et infanterie de marine –marines – agissant conjointement) ainsi qu’à ceux de nos alliés et de nos partenaires.

L’armée de terre des États-Unis procède aussi dans le Pacifique à des innovations tactiques. Si le budget alloué à notre modernisation est inférieur à celui des autres services des forces armées des États-Unis, nous devons néanmoins poursuivre le développement rapide de nos capacités et équiper nos membres avec la technologie la plus avancée. Ainsi nos soldats apprennent-ils, à Hawaï, à combattre en formation avec des robots, et nous participons, en Malaisie, à un programme d’entraînement bilatéral avec des systèmes aériens sans pilotes.

Dernier élément de notre engagement dans la région Asie-Pacifique : nos efforts pour améliorer nos capacités dans des environnements tactiques difficiles. Nous nous livrons en Alaska à des exercices qui développent ces capacités dans des climats extrêmes, lesquelles nous aideront à garantir que l’Arctique ne deviendra pas une région contestée. De la même façon, grâce à notre entraînement à Hawaï et en Malaisie, nous renforçons nos capacités à combattre dans un environnement de forêt tropicale.

Support Project Syndicate’s mission

Project Syndicate needs your help to provide readers everywhere equal access to the ideas and debates shaping their lives.

Learn more

L’armée de terre des États-Unis déploie un large éventail de missions et de responsabilités. D’Hawaï à Guam, de l’Asie du Nord-Est à la frontière de l’Alaska, elle œuvre à l’une d’elles, absolument essentielle : fournir les bases de la sécurité dans une région dynamique – et y garantir l’avenir de l’Amérique.

Traduction François Boisivon