sachs348_Paula Bronstein Getty Images_afghanistangirlsschool Paula Bronstein/Getty Images

Le G7, l'ONU et l'avenir de l'Afghanistan

NEW YORK – Cette semaine, les dirigeants du G7 vont se réunir pour discuter de l'Afghanistan. Il est essentiel que les dirigeants du G7 considèrent de manière claire les objectifs majeurs relatifs à l'Afghanistan afin d'éviter à ce pays d'entrer dans un nouveau cycle de misère, de bains de sang et de flux massifs de réfugiés. 

Avant toute chose, ils doivent mettre à profit cette réunion tout simplement pour coordonner des mesures entre les sept pays, en vue des préparatifs d'une autre réunion bien plus importante, celle du Conseil de sécurité des Nations Unies. Sans la Chine et la Russie ne participent pas aux négociations, il ne sera pas possible d'adopter une approche internationale cohérente à l'égard de l'Afghanistan.

Dans cette optique, le G7 doit chercher à engager le dialogue avec l'Afghanistan sous les talibans, plutôt qu'à isoler ou affamer le pays. Cela est capital non seulement en tant que tactique à court terme pour aider les Occidentaux et les Afghans vulnérables au moment où ils tentent de quitter le pays de manière pacifique, mais également afin d'éviter de futurs bains de sang, des crises humanitaires et de nouvelles vagues de réfugiés. Bien qu'il soit tentant pour les États-Unis et leurs alliés du G7 de tenter de bloquer pour longtemps les réserves de devises de l'Afghanistan, de geler l'aide au développement et d'intensifier les sanctions américaines (et peut-être de l'ONU), une telle approche est vouée à l'échec, un échec tout aussi prévisible que celui de la mission de 20 ans de l'OTAN qui vient de se produire.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/3XDpPKyfr