Skip to main content

akjha1_ DEA  M. BORCHIDe AgostiniGetty Images_singapore skyline DEA/M. BORCHI/De Agostini/Getty Images

Pour des villes à échelle humaine

SINGAPOUR – Dans la Divine Comédie, Dante décrit la cité de Dité du sixième cercle de l’enfer  comme « une ville désolée… pleine de deuil et d’affreux tourments ». Sa description s’adapte à de nombreuses métropoles contemporaines.

De vastes parties du monde, en Afrique subsaharienne et en Asie surtout, font l’objet d’une urbanisation galopante, en général en l’absence de schémas d’urbanisme. Même les municipalités qui s’efforcent d’en appliquer échouent à les mettre à exécution de manière efficace ou à tenir adéquatement compte des besoins de la majorité de la population. Il en résulte des cités surpeuplées, sales et chaotiques qui nuisent à la santé et au bien-être de leurs habitants.

À l’époque où les villes modernes ont été planifiées, la priorité a été donnée aux véhicules, et en particulier aux moyens d’accès des voitures privées, au détriment des piétons (qui sont de plus, comme les cyclistes, pénalisés pour traverser en dehors des clous ou passer au feu rouge). Cette approche a créé des embouteillages quasi permanents et une grave pollution atmosphérique. À Los Angeles, un conducteur passe en moyenne 102 heures par an bloqué dans la circulation aux heures de pointe, et à Djakarta, un conducteur démarre et s’arrête en moyenne plus de 33.000 fois par an.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/EwP1SG6/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions