Aerial view of the building dubbed as the Hanging Gardens of Babylon VCG/VCG via Getty Images

Des villes plus grandes et plus vertes

WASHINGTON, DC – À quoi devrait ressembler une ville « verte » ? à Copenhague, avec son réseau de pistes cyclables et son système de recyclage ?  À Curitiba, la capitale de l’État brésilien du Paraná, avec son centre urbain aménagé exclusivement pour les piétons ? Ou peut-être à Addis-Abeba, où toute l’énergie consommée est d’origine renouvelable ?

Plus de la moitié de la population mondiale vit aujourd’hui dans des zones urbaines – une proportion en augmentation rapide – et la réponse à cette question déterminera notre avenir collectif. Mais elle est peut-être plus simple que nous ne le croyons : il suffirait, pour rendre les villes plus « vertes » – c’est-à-dire moins polluées, moins gaspilleuses d’énergie, et plus respectueuses de l’environnement –, qu’elles soient au sens strict du mot, plus vertes.

Les débats sur le « verdissement » des villes ne remettent généralement pas en cause l’importance d’une infrastructure soutenable et d’un aménagement urbain intelligent. Ce qu’ils oublient souvent, en revanche, c’est que la nature constitue en elle-même l’infrastructure originelle du monde, et que les solutions qui s’en inspirent peuvent aider les villes à répondre aux principaux problèmes d’infrastructure qui se posent à elles, comme la pollution de l’air et de l’eau, la rareté de cette dernière et les chaleurs extrêmes, que le changement climatique rend aujourd’hui plus aigus.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/trvBTZN/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.