0

L’immobilier et ses leçons non apprises

NEW HAVEN – Le prix de l’immobilier est source de malentendus. Beaucoup ont présumé que comme l’économie s’accroisse rapidement et que nous allons manquer de place dans le monde, le prix des maisons et des appartements augmenterait vitesse grand V.

Ce malentendu a incité des gens à investir dans l'immobilier – l’une des raisons principales d’une des bulles mondiales dont l’éclatement a alimenté la crise économique actuelle. Ce malentendu pourrait aussi contribuer à faire remonter les prix une fois la crise terminée. En effet, d’aucuns salivent déjà à l’idée de spéculer sur l’achat de maisons au vu de la morosité des marchés.

Mais nous ne sommes pas vraiment à court de terrains. Ils abondent dans chaque grand pays sous forme de forêts et de domaines agricoles, dont bon nombre pourrait être urbanisé à l’avenir. Moins d’1 % de la surface de la terre est densément urbanisé. Et même dans les pays très peuplés, la proportion s’élève à moins de 10 %.

Une certaine régulation existe pour restreindre la conversion de terres en zones urbaines. Mais lorsque de puissants arguments économiques prennent le dessus, ces barrières finissent par être contournées. Les gouvernements ont de plus en plus de difficultés à expliquer à leurs citoyens qu’ils ne peuvent pas s’offrir de maison à cause des restrictions territoriales.