Berkeley protests Max Whittaker/Getty Images

La sphère publique à l'ère de Trump

BERKELEY – Dans de nombreuses sociétés, les universités sont les principaux bastions de l'indépendance idéologique et intellectuelle. Nous comptons sur elles pour transmettre nos valeurs aux jeunes et pour encourager à court et à long terme les recherches sur la condition humaine. Dans l'Amérique de Donald Trump, elles sont plus importantes que jamais.

Contrairement aux universités, les entreprises à but lucratif n'ont jamais été à la hauteur de la tâche de nourrir une forte « sphère publique. » Inévitablement, leur couverture se traduit par une pression énorme pour faire plaisir à leur base (leurs annonceurs ou investisseurs) ou pour éviter tout au moins de leur causer du tort. C'est pour cette raison que l'auteur et commentateur politique américain Walter Lippmann (qui connaît bien le journalisme), a fini par faire confiance aux intellectuels qui travaillent dans les universités, dans les centres d'études ou dans d'autres niches.

Pendant la plus grande partie de l'après-guerre, les difformités structurelles des médias à but lucratif ont été relativement inoffensives. L'extrême-droite, après avoir déchaîné le nazisme et le fascisme sur le monde, était en exil politique. Et l'extrême-gauche avait son propre fardeau : « le socialisme réel » au sein du bloc soviétique s'était avéré meurtrier et improductif.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/UeKXriP/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.