Décadence ou renaissance universitaire ?

"Les universités européennes dans leur ensemble manquent de l'énergie et la créativité nécessaires pour améliorer la piètre situation économique du continent". J'ai emprunté cette déclaration alarmante à l'introduction d'un pamphlet récent sous-titré "Renaissance ou décadence" . Ses deux auteurs sont Richard Lambert, ancien rédacteur en chef du Financial Times et prochain directeur général de la Confédération de l'industrie britannique, et Nick Butler, vice-président du groupe BP (British Petroleum) pour le développement de la stratégie et de la politique. Ils n'ont pas partie liée avec l'université. Ce qu'ils disent au sujet des universités européennes s'applique probablement à bien d'autres, mais pas aux universités américaines.

Lambert et Butler identifient les quatre grandes faiblesses des universités européennes auxquelles il faut remédier. Pour cela, ils recommandent :

- une plus grande diversité en lieu et place du conformisme actuel ;

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/eMfKhd2/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.