Refugee children at school Majdi Fathi/ZumaPress

Une éducation pour tous les enfants

SÉOUL – Lors d’une récente visite à un camp de réfugiés syriens en Turquie, j’ai été témoin d’exemples les plus éloquents qui soient de l’endurance humaine. Et pourtant, parmi toutes ces histoires de traumatismes et de pertes, ce qui m’a le plus touché était la soif inextinguible de ces familles de réfugiés pour une éducation.

Les enfants à qui j’ai parlé ont évoqué leur désir de continuer à apprendre dans les écoles de fortune du camp, entassés dans des classes où les enseignants dispensent par rotation des cours depuis avant l’aube jusqu’après le coucher du soleil. Leurs parents m’ont parlé de l’espoir qu’ils placent dans les vertus transformatrices de l’éducation.

La Syrie pouvait autrefois s’enorgueillir d’une éducation universelle. Aujourd’hui, avec plus de quatre millions de personnes obligées de fuir leur foyer à cause des violences qui ravagent le pays, elle est devenue l’un des endroits du monde à souffrir de ce qui ne peut qu’être qualifié de crise mondiale de l’éducation. Il y a dans le monde quelques 58 millions d’enfants en âge d’être scolarisés en primaire qui ne le sont pas, et il est particulièrement difficile de subvenir aux besoins de ceux qui sont affectés par des conflits ou des catastrophes naturelles.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/peIuwrD/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.