Unifier l’Asie

Les ambitions nucléaires de la Corée du Nord se sont calmées, au moins pour l’instant. Les pourparlers à six ont enfin porté leurs fruits – apparemment grâce à l’opposition catégorique de la Chine à la nucléarisation de l’Asie du Nord-Est. Sous l’égide des six parties, les Etats‑Unis et la Corée du Nord ont même engagé les négociations bilatérales auxquelles Kim Jong Il, dirigeant nord-coréen, aspire depuis longtemps.

L’Asie du Nord-Est donc temporairement plus stable et tranquille qu’elle ne l’a été au cours des vingt dernières années. Elle reste pourtant une poudrière potentielle.

Durant ces périodes de tensions, la Corée du Sud a gagné en assurance et s’est lancée sur une voie indépendante de son protecteur américain. En novembre 2005, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a accusé le gouvernement sud-coréen d’avoir enrichi une très faible quantité d’uranium – presque suffisante pour construire une arme atomique. Le gouvernement a nié cette accusation, affirmant que les expériences ont été menées à son insu par des chercheurs à des « fins scientifiques ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/2l1F6aJ/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.