Pakistani Army soldiers guard nuclear-capable missiles RIZWAN TABASSUM/AFP/Getty Images

Le défi pakistanais

NEW YORK – Harold Brown, secrétaire américain de la Défense sous la présidence de Jimmy Carter pendant la guerre froide, aurait décrit en ces termes la course aux armements entre les États-Unis et l’Union soviétique : « Lorsque nous construisons, ils construisent. Lorsque nous cessons de construire, ils construisent quand même. »

Du point de vue du gouvernement américain, l’état actuel des relations avec le Pakistan s’avère nettement similaire : quand nous soutenons le Pakistanais, ils font des choses qui nous déplaisent ; et quand nous sanctionnons le Pakistan, ils font encore des choses qui nous déplaisent.

Du côté pakistanais, le discours consiste à dénoncer les multiples trahisons du passé, qui ont vu les États-Unis se rapprocher un temps du Pakistan, pour ensuite supprimer les aides lorsque les dirigeants américains le jugeaient nécessaire. L’armée américaine a notamment équipé en armes les moudjahidines qui ont combattu les soviétiques dans l’Afghanistan voisin au cours des années 1980, pour ensuite abandonner la région peu après le retrait militaire soviétique en 1989. Ce discours oublie toutefois de rappeler que c’est le développement d’armes nucléaires par le Pakistan, en violation du droit américain, qui a en premier lieu justifié la suppression des aides.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/FXenkbU/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.