L'Occident doit être solidaire face au réchauffement climatique

WASHINGTON – Le président Obama considère le réchauffement climatique comme le plus grand défi de notre temps. C'est pourquoi il veut faire progresser la législation américaine relative au système de permis d'émission négociables ( cap-and-trade ) tout en réengageant pleinement les USA dans les négociations de l'ONU.

Ce n'est pas pour autant que les USA et l’Union européenne vont parvenir à un accord sur la manière de faire face au réchauffement climatique. Malgré une convergence sur les objectifs à long terme (une réduction de quelques 80% des émissions de gaz carbonique en 2050), de nombreux points restent en suspens. Il faudra que les deux cotés fassent preuve de leadership pour que ne se produise pas à Copenhague le type d'échec évité de peu à Kyoto en 1997. Quels sont les points les plus délicats ?

Tout d'abord, l'UE et les USA ne partent pas des mêmes positions dans la course à la réduction des émissions. Lorsque les 15 pays de l'UE ont ratifié le protocole de Kyoto, ils se sont engagés à ramener leur niveau d'émission en 2012 à un niveau inférieur de 8% à ce qu'il était en 1990. Les USA restant en dehors du protocole de Kyoto, la hausse du volume de leurs émissions de gaz à effet de serre a été de 19% entre 1990 et 2005, alors qu'elle n'a été que de 8% pour les pays de l'Europe des 15, au-dessus néanmoins des objectifs de Kyoto.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/NcE6v94/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.