Fabrice Coffrini/AFP/Getty Images

Assurer le futur de l’ONU

SHANGHAI – Puisque l'ordre international existant se fragmente de plus en plus, de solides institutions de gouvernance mondiale sont indispensables pour faire face aux défis stratégiques, économiques et environnementaux mondiaux. Pourtant, nos institutions existantes – y compris, en premier lieu, les Nations Unies – ont rarement été aussi fragiles.

L'ONU n’est pas morte, mais est en grande difficulté, en particulier parce que de nombreux pays la considèrent comme une arrière-pensée diplomatique polie et cherchent ailleurs des solutions aux grands problèmes mondiaux. Ceci a été évident concernant des questions aussi variées que la Syrie, l'Iran, la Corée du Nord, le terrorisme, la cybersécurité, les demandeurs d'asile et les réfugiés, les migrations, le virus Ebola et la crise émergente du financement de l'aide humanitaire.

Bien que l'ONU ait encore de nombreux points forts, elle fait également preuve de faiblesses structurelles claires. L'écart entre ce qu'elle aspire à faire et ce qu'elle fait est de plus en plus grand. Or, le monde a besoin d'une ONU qui, non seulement délibère sur des politiques, mais qui soit également active sur le terrain.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/J2fA5WB/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.