12

Élections ukrainiennes et destin de la Russie

STOCKHOLM – Lorsque les électeurs ukrainiens se rendront aux urnes le 26 octobre prochain, non seulement se jouera le destin de leur pays, mais également l’avenir d’une partie significative de l’Europe. En quelques mots, le futur de l’Ukraine sera déterminant quant à celui de la Russie, et l’avenir de la Russie décisif pour l’Europe de demain.

Lorsque s’est effondrée l’Union soviétique il y a plus de vingt ans, et que l’Ukraine a opté pour l’indépendance, beaucoup s’attendaient à voir le pays s’en sortir plus favorablement que la Russie au cours des années qui suivraient. L’histoire en a toutefois voulu autrement.

Au cours de la première décennie de ce siècle, la Russie a bénéficié d’une dynamique combinant d’une part l’optimisation de l’ancienne industrie des hydrocarbures, via une privatisation dans les années 1990, et d’autre part un haut niveau des prix du pétrole. L’inversion de la démarche de diversification de l’économie, de même que la réduction du terme « modernisation » à un simple slogan, ne suscitèrent aucune inquiétude immédiate. 

Par opposition, l’Ukraine est peu à peu devenue le pays le plus mal géré de tous les États post-soviétiques, le népotisme et la corruption entravant sa capacité productive, et faisant progressivement de l’Ukraine un pays à la traîne par rapport aux autres États post-communistes. Une comparaison édifiante peut être effectuée avec la Pologne : au moment de leur indépendance, les deux pays enregistraient à peu près le même PIB par habitant ; aujourd’hui celui de la Pologne est plus de trois fois supérieur.