0

La route de l'Europe pour l'Ukraine

"L'Orient, c'est l'Orient et l'Occident, c'est l'Occident, et les deux sont inconciliables," a si bien dit Rudyard Kipling. L'Ukraine est sans aucun doute un pays oriental, mais fait seulement partie de l'Europe orientale. Ainsi quand l'Ukraine reconquit son indépendance dix ans plus tôt, son intégration à l'Europe devint LE but de nombre d'entre nous. La route de l'Europe, cependant, n'était pas pavée de bonnes intentions. Souvent, elle n'était même pas pavée du tout. Et pourtant, comme le montre les résultats des élections parlementaires le 31 mars, les Ukrainiens restent déterminés à suivre ce chemin.

Je suis un social-démocrate qui n'a jamais appartenu au Parti communiste, bien que j'aie réussi une carrière d'avocat sous le régime soviétique. Je reconnais que notre héritage "soviétique" tient une large part dans les difficultés que l'Ukraine doit gérer dans la quête de sa vocation européenne. Après l'effondrement de l'empire soviétique, l'Ukraine ne possédait qu'un fondement industriel militaire et inefficace, et une bureaucratie maladroite. Ses vastes exploitations agricoles étaient paralysées par un équipement obsolète et l'inertie de l'agriculture étatique des soviets. Les paysans commencèrent à baigner dans la misère. Les bas salaires ont rendu pour beaucoup la vie impossible, les retraites sont de la rigolade et le marché au noir vaste.

Mais notre héritage soviétique n'excuse pas tout. Nous avons nous-mêmes embrouillé nos réformes pour avoir souvent cherché à importer des pratiques occidentales testées et approuvées telles que la propriété privée, le libre échange, la concurrence, le respect strict des Droits de l'homme, la création d'une société civile, la démocratie parlementaire, sous des formes diluées qui devaient nous aider en quelque sorte à maintenir certains éléments socialistes.

En dépit de cette gestion nostalgique, la promulgation de codes de lois civiles, criminelles, immobilières, familiales et économiques par la Rada (le parlement ukrainien) au fil des ans représente en soi une quasi révolution. De fait, bien que douloureuse, l'acceptation des valeurs occidentales par une société exclue de l'histoire européenne pendant des siècles a pris de l'importance en dépit du fait que nous nous considérons souvent comme différents des pays occidentaux. Nous nous croyons plus ouverts, plus sentimentaux, plus cordiaux, et plus orientés vers la cellule familiale, mais aussi plus désorganisés et blasés, parfois irresponsables et paresseux.