0

Ukraine - des intrigues dignes des Borgia

Avec ses accusations d'empoisonnement et de complots, la campagne pour l'élection présidentielle en Ukraine est un spectacle digne des Borgias. Il y a dix jours, Viktor Iouchtchenko, le candidat de l'opposition en tête des sondages, a disparu. Il a réapparu à Vienne, convalescent après ce que l'on a d'abord pris pour une intoxication alimentaire.

Beaucoup en Ukraine soutiennent maintenant que la nourriture de Iouchtchenko a été empoisonnée avec de la ricine, une substance mortelle autrefois utilisée par le KGB, notamment pour Georgi Markov, un dissident bulgare assassiné à Londres en 1978. Dans la plupart des pays, de telles accusations passeraient pour de la paranoïa, mais pas en Ukraine, où le Premier ministre Viktor Ianoukovitch, principal rival de Iouchtchenko dans la course à la présidentielle, a été condamné à deux reprises pour crimes violents.

Iouchtchenko a désormais repris sa campagne, mais lorsqu'il s'est adressé à une foule immense de partisans à Kiev la semaine dernière, il avait le visage en partie paralysé. Ses opposants traitent l'affaire de façon cavalière, et le n°2 du gouvernement de Léonid Koutchma a même suggéré que Iouchtchenko devrait employer un goûteur. Une enquête pénale est en cours.

Les soupçons ont augmenté lorsque l'autre dirigeant de l'opposition, Youlia Timochenko, ancien Vice-Premier ministre, a été convoquée par un procureur de Moscou car on lui reproche d'avoir, il y a des années, corrompu un militaire russe dans l'intérêt de la compagnie de gaz qu'elle dirigeait. Elle fait aujourd'hui l'objet d'un mandat d'arrêt international, alors que l'officier qu'elle est accusée d'avoir corrompu a été acquitté l'année dernière à Moscou.