sonin4_GENYA SAVILOVAFP via Getty Images_zelensky Genya Savilov/AFP via Getty Images

L’Ukraine, au-delà des gros titres du procès en destitution

CHICAGO – S’il est une chose sur laquelle s’accordent les responsables politiques américains des deux bords lors des audiences du procès en destitution du président Donald Trump, c’est que l’Ukraine est un pays corrompu. Mais il serait bien triste que l’opinion publique n’en retienne que ce qualificatif, synonyme de désordre, de pauvreté, et désespoir, en oubliant les efforts que déploie le pays pour sa transformation.

Certes, l’Ukraine est encore pauvre et, parfois, désespérée. Mais ses citoyens ont voté à deux reprises l’an dernier contre la corruption et l’incompétence que la classe politique n’a que trop incarnées depuis l’accès à l’indépendance, en 1991.

En Avril 2019, l’acteur et entrepreneur Volodymyr Zelensky, novice en politique, était élu à la présidence avec 73 % des voix. Puis, en juillet, les électeurs donnaient la majorité parlementaire à Serviteur du peuple, le parti de Zelensky, nouvellement créé, ainsi nommé en écho au titre d’une des séries à succès du nouveau président, Sluha Narodu. Pour la première fois depuis des décennies, un dirigeant ukrainien s’assurait, outre le pouvoir exécutif, la maîtrise du pouvoir législatif.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/LfNAwkMfr;