11

Tenir la promesse orientale de l’Europe

KIEV – L’expansion orientale de l’Union Européenne (UE) a longtemps semblé imparable. Mais avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le président Vladimir Poutine semble être parvenu à bloquer les efforts de l’Europe pour la démocratie, l’autorité de la loi, et l’économie de marché partout sur le continent.

L’UE ne doit pas courber l’échine. Le destin de l’Ukraine est désormais lié à celui de l’Europe. En effet, Poutine ne veut pas seulement empêcher l’enracinement des normes politiques, civiques et sociales européennes en Ukraine ; il veut les repousser dans les régions baltiques, balkaniques et partout en Europe où la crise économique et/ou un populisme démagogique ont fragilisé l’équilibre politique.

Le Sommet du partenariat oriental à Riga peut et doit démontrer la détermination de l’Europe à défendre son unité, sa sécurité et ses valeurs face à l’agression russe. Et elle doit le faire de manière concrète, et non par des communiqués officiels vite oubliés vis-à-vis desquels le Kremlin et ses amis ukrainiens séparatistes n’ont que du mépris.

D’égale importance, cette nouvelle politique doit être un véritable partenariat entre les peuples. Les citoyens des pays partenaires doivent être les réels bénéficiaires de ce partenariat s’il veut devenir plus que l’accord inerte qu’il a été. Pour rendre un tel partenariat politiquement populaire auprès d’une vaste majorité de citoyens, l’UE devrait s’engager généreusement, entre autre, en matière de mobilité, d’aide aux PME et aux entrepreneurs, et pour de réelles opportunités d’éducation.