Refugee Camp, Dadaab, Kenya Edwina Pickles/Fairfax Media/Fairfax Media via Getty Images

Pouvoir donner aux réfugiés les moyens de s’émanciper

KAMPALA – Cela se passe dans une petite localité sur l’Équateur ; des enfants de milieux divers assistent à la classe, et leur école est l’une des meilleures de la région. Elle a une fanfare, une exploitation agricole, un collectif d’artistes, des plans de micro-financement, un club littéraire et des groupes de soutien pour les victimes des violences domestiques.

Ce paradis de l’éducation n’est pas situé dans un pays riche aux ressources illimitées ; il s’est construit dans un camp de réfugiés de l’Ouest de l’Ouganda. Il n’est pas financé par l’apport d’aides étrangères, mais par les réfugiés eux-mêmes, dont le budget est serré. Et il est un modèle pour redonner partout dans le monde aux autres réfugiés des moyens de s’émanciper.

Cette expérience dans le domaine de l’éducation des réfugiés a commencé en 2005, alors qu’avec d’autres enfants, je vivais dans une implantation de la région de Hoima en Ouganda. La nourriture était rare, l’accès aux soins difficile. Nous luttions pour vivre. L’école, comme on l’entend habituellement, était pour nous inimaginable. Mais parce que nous avions compris que l’éducation était la clé de la prospérité, nous nous apprenions les uns aux autres ce que nous savions, ce que nous pouvions. Les plus âgés aidaient les plus jeunes et nous travaillions tous pour gagner de quoi payer nos livres et nos uniformes.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/hdzi53c/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.