0

Deux hourras et demi pour l’Union pour la Méditerranée

Le temps est peut-être venu d’être un peu plus généreux envers le président français Nicolas Sarkozy et de considérer les résultats de ses actes plutôt que sa manière d’agir.

Le lancement de l’Union pour la Méditerranée a failli faire couler l’initiative tout entière. Parlant apparemment sans accorder beaucoup de réflexion à la question, Sarkozy a commencé par proposer la constitution d’un club d’États européens et principalement arabes le long des rives de la Méditerranée. Il se serait agi essentiellement d’une entreprise gérée par les Français et financée par le reste de l’Europe. La pilule a eu du mal à passer, notamment auprès des Allemands.

Les Français étaient aussi soupçonnés de chercher un moyen d’acheter la Turquie en nouant des liens bien éloignés de ceux de l’adhésion à l’Union européenne.

Les tentatives de revitaliser les relations entre l’Europe et la Méditerranée ne naissaient donc pas sous de bons augures. Mais quand vint le grand sommet de Paris, qui devait lancer le nouveau club, les premiers soupçons avaient largement disparu. Sarkozy plia devant les critiques européennes et connut un vrai triomphe diplomatique. Nous verrons bientôt si cette initiative avait quelque substance, ou s’il s’agit juste d’une couche de peinture fraîche sur une vieille idée fatiguée.