0

Le tournant de Tchernobyl

La catastrophe de Tchernobyl dont c'est le 20° anniversaire ce mois-ci a peut-être été la véritable raison de l'effondrement de l'Union soviétique il y a cinq ans, davantage même que la perestroïka que j'ai initiée. Elle a marqué un tournant historique. Il y a un avant et un après Tchernobyl, très différents l'un de l'autre.

Le Politburo s'est réuni le matin même du 26 avril 1986, jour de l'explosion sur le site de la centrale nucléaire de Tchernobyl, pour discuter de la situation. Il a aussitôt créé une commission gouvernementale pour veiller à ce que les mesures nécessaires soient prises, notamment en ce qui concerne la santé de la population avoisinante. Et l'Académie des sciences a également missioné un groupe de scientifiques réputés dans la région de Tchernobyl.

Le Politburo n'a pas disposé immédiatement de toutes les informations voulues sur la situation après l'explosion. Mais il y a eu un consensus général en son sein pour les rendre publiques, au fur et à mesure qu'elles nous parvenaient. C'était dans la ligne de la glasnost qui avait déjà commencé en Union soviétique.

Les accusations selon lesquelles le Politburo aurait camouflé des informations sont erronées. J'estime d'autant plus qu'il n'y a pas eu rétention délibérée de l'information, que tous les membres de la commission gouvernementale qui ont visité les lieux après la catastrophe et passé la nuit en Polésie, près de Tchernobyl, ont consommé sans aucune précaution particulière la nourriture et l'eau à leur disposition et se sont déplacés sans appareil respiratoire, à l'instar de toutes les autres personnes qui travaillaient là. Si les responsables locaux et les scientifiques avaient eu connaissance de l'ampleur de la catastrophe, ils n'auraient sûrement pas agi ainsi.