Refugee children Anadolu Agency/Getty Images

Écoles de l'espoir

LONDRES – Aujourd'hui le 20 juin, à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, nous rendons hommage à la force et au courage de ceux qui ont été contraints de fuir leurs foyers. Aujourd'hui j'aurai une pensée pour Mohammed, un réfugié syrien que j'ai rencontré lorsque j'ai visité l'école primaire d'Istoc en Turquie le mois dernier.

Dans une école très animée, déjà pleine à craquer pour accueillir l'importante population locale, j'ai regardé Mohammed au fond de la salle de classe, résolu à terminer un projet artistique. La classe dessinait des objets provenant des musées et une discussion animée avait lieu sur l'importance de la préservation de la culture et du patrimoine.

Mohammed s'est arrêté pour expliquer comment ses camarades de classe l'avaient aidé à apprendre leur langue et comment il avait pu rattraper ses leçons après avoir fui son pays déchiré par la guerre pour s'installer à Istanbul. Mais son rêve est d'avoir la chance de rentrer chez lui un jour et il est déterminé à travailler dur à présent en vue d'acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour construire un nouvel avenir là-bas.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/KkfZKZg/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.