La Turquie va en Europe en passant par l’Orient

ISTANBUL – Il y a encore quelques années, l’Europe figurait au premier plan dans l’agenda de la Turquie. Le gouvernement fraîchement élu de Recep Tayyip Erdogan s’était embarqué dans une série de réformes ambitieuses visant à satisfaire aux critères politiques d’adhésion à l’Union européenne. Fin 2004, l’EU décida d’entamer les négociations d’adhésion.

L’euphorie proeuropéenne n’a pas fait long feu : dans la pratique, les négociations sont aujourd’hui dans une impasse. L’euro-scepticisme est à son apogée en Turquie, alimenté par le discours de certains dirigeants politiques européens opposés à son adhésion, et par le propre échec de l’UE à balayer les doutes quant à la faisabilité de l’éventuelle adhésion de la Turquie. Le soutien national à l’adhésion européenne, de 70 % au début des négociations, tourne aujourd’hui plutôt autour de 40 %.

Rien de surprenant à ce que le gouvernement turc ait aussi perdu son enthousiasme pour les réformes liées à l’UE. Depuis plus de deux ans, la Commission européenne trouve peu de commentaires positifs à faire dans son rapport annuel sur la réforme politique.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/VHxRbKi/fr;