Dean Rohrer

Le crépuscule démocratique de la Turquie

CAMBRIDGE – Alors qu’il était récemment interrogé au sujet d’un professeur de droit constitutionnel arrêté pour avoir donné une conférence dans un institut géré par le principal parti pro-Kurde du pays, le ministre de l’Intérieur turc Idris Naim Sahin n’a pu masquer son agacement : « J’ai du mal à comprendre ceux qui prétendent qu’un professeur ne devrait pas être arrêté tandis que des milliers d’autres personnes le sont en Turquie. »

Sahin voulait probablement dire qu’un professeur ne peut légalement prétendre à un traitement spécial. Mais son commentaire met involontairement en lumière la nouvelle réalité de la Turquie, dans laquelle tout opposant au nouveau régime repéré peut être mis sous les verrous, avec ou sans preuve, pour terrorisme ou tout autre acte de violence.

Des tribunaux spéciaux, dont la tâche est de poursuivre les actes terroristes ou criminels contre l’état, travaillent sans relâche pour produire des preuves qui sont souvent aussi absurdes qu’infondées. Des journalistes ont par exemple été incarcérés pour avoir rédigé des articles et des livres à la demande d’une organisation supposée terroriste appelée « Ergenekon, » dont l’existence reste encore à prouver malgré des années d’enquêtes.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/THYETCI/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.