15

Pourquoi la Turquie a sa place en Europe

ANKARA – Le voisinage élargi de la Turquie est en proie à des crises multiples. A l’Est règnent l’instabilité politique, la guerre civile et le terrorisme. A l’Ouest, ses voisins sont aux prises avec un effondrement économique comparable à celui de la Grande Dépression. Au milieu de ces troubles, la Turquie représente un îlot de paix, de démocratie, de sécurité et de stabilité – un fait que l’Union européenne devrait avoir à l’esprit en considérant la paralysie des négociations d’adhésion à l’UE.

Au cours de la dernière décennie, le gouvernement turc a supervisé une transformation économique et sociale qui a permis à des millions de citoyens d’accéder à la classe moyenne. Un récent rapport de la Banque mondiale, soulignant la croissance régulière qui hissera sous peu la Turquie au rang des pays à haut revenu, décrit les progrès accomplis comme étant socialement inclusifs : la pauvreté a été réduite de plus de moitié, tandis que l’accès à des soins de santé, à une éducation et des services municipaux de qualité a été élargi.

En fait, l’économie turque a créé quatre millions de nouveaux emplois depuis 2009, souvent très qualifiés. Cette évolution a contribué à réduire les carences en matière de services de soins et d’éducation, à la fois en Turquie même et entre la Turquie et les autres États membres de l’OCDE.

La République turque figure également dans le peloton de tête des pays améliorant rapidement la qualité de leurs infrastructures, notamment les transports, les télécommunications et l’énergie. Et lors de la crise financière mondiale de 2008, la Turquie a été le seul pays de l’OCDE qui n’a pas eu besoin d’injecter des fonds publics dans ses banques.