Adem Altan/AFP/Getty Images

Cette Turquie qui irrite l’UE

MADRID – Alors que l’Union européenne tente de faire face à la tempête nationaliste qui menace ses institutions jusque dans leurs fondements, certains de ses alliés stratégiques les plus importants instillent au climat politique du moment un surcroît d’incertitude. La Turquie, membre de l’OTAN depuis 1952 et reconnue officiellement depuis 1999 comme candidate à l’adhésion dans l’UE, en est un bon exemple.

Sur le papier, la Turquie semble le pays idéal pour faire fonction de pont entre l’Europe et le Moyen-Orient. Mais elle prend aujourd’hui un chemin qui l’en détourne dangereusement, le président Recep Tayyip Erdoǧan ayant même accusé les gouvernements allemand et néerlandais de se comporter comme des nazis.

Après avoir déjoué, en juillet dernier, une tentative de coup d’État, Erdoǧan s’est servi de l’état d’urgence pour prendre l’offensive et asseoir son pouvoir. Un regain de popularité l’a confirmé dans sa nouvelle stratégie du gouvernement par décrets. 100 000 fonctionnaires ont jusqu’à présent été démis ou suspendus, et nombre des adversaires politiques du président ont été emprisonnés. Beaucoup d’organisations de la société civile et d’organes de presse ont été fermés, et la Turquie jouit du triste privilège d’avoir battu tous les records du nombre de journalistes qu’un pays ait jamais mis derrière les barreaux.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/OKLkMMi/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.