0

La Turquie et l’Europe vont-elles droit à l’affrontement ?

En intervenant au Liban, les Européens ont pris une décision radicale, risquée et, en même temps, juste. L’avenir de la sécurité européenne se décidera effectivement à l’est du bassin méditerranéen et au Proche-Orient. Qu’elle le veuille ou non, l’Europe joue désormais un rôle stratégique dans cette partie du monde. Si elle échoue, le prix à payer sera très élevé.

Compte tenu des risques considérables pris par l’Europe, en ayant pleinement conscience de leurs conséquences, il est de la plus haute importance d’élaborer une « grande stratégie » européenne pour l’est de la Méditerranée et le Proche-orient, afin que l’Europe puisse clairement et calmement définir ses intérêts. Quelle que soit la teneur de cette grande stratégie, la Turquie devra occuper une place centrale – aux niveaux politique, militaire, économique et culturel.

A l’heure actuelle, il est crucial d’établir une relation solide et infrangible avec la Turquie, clé de voûte de la sécurité régionale, en vue de protéger les intérêts de l’Europe. Il semble donc incroyable que l’Europe fasse exactement le contraire et qu’elle continue à fermer les yeux sur la question stratégique posée par la Turquie.

La réussite de la modernisation et de la démocratisation de la Turquie – grâce à une société civile influente, à l’État de droit et à une économie moderne – ne sera pas seulement hautement bénéfique pour le pays, elle permettra également d’exporter la stabilité et servira de modèle pour transformer le monde islamique. Par-dessus tout, la modernisation réussie d’un grand pays musulman profitera très certainement à la sécurité du vieux continent.