0

La Turquie, l’Arménie et le poids du souvenir

Toutes les guerres prennent fin un jour ou l’autre. Mais les souvenirs des atrocités ne semblent jamais s’estomer, comme nous le rappellent les émeutes contre les Japonais attisées par le gouvernement qui se déroulent actuellement en Chine. Le 90ème anniversaire des massacres arméniens de 1915, ordonnés par les Jeunes-Turcs au pouvoir de l’Empire ottoman et aidés par les Kurdes, est une autre blessure qui ne se cicatrisera pas, mais qui doit être traitée si la progression de la Turquie vers l’adhésion à l’Union européenne doit se dérouler en douceur.

Le génocide arménien est supposé avoir inspiré les Nazis dans leurs plans d’extermination des Juifs. Toutefois, par comparaison avec l’Holocauste, la majorité des individus connaissent encore peu cet épisode sombre.

En effet, il est difficile pour la plupart d’entre nous d’imaginer l’ampleur des souffrances et de la dévastation qui ont été infligées au peuple arménien et à leurs patries ancestrales. Mais de nombreux membres de la vigoureuse Diaspora arménienne mondiale d’aujourd’hui ont des ancêtres directs qui ont péri et ils transmettent une tradition historique orale qui garde les souvenirs vivaves.

Il est tout particulièrement ironique que de nombreux Kurdes des provinces du sud-est de la Turquie, à qui l’on a promis des biens arméniens et une place sûre au paradis s'ils tuaient des infidèles, aient été complices de leur plein gré du génocide. Ils se sont par la suite trouvés du côté des perdants dans cette longue histoire de violence entre leurs propres forces séparatistes et l’armée turque, et ils ont été soumis à une politique continue de discrimination et d’assimilation forcée.