Indonesia Samsung Factory Dimas Ardian/Getty Images

Le nécessaire mea culpa des économistes

CAMBRIDGE – Les économistes sont-ils au moins en partie responsables de la victoire choquante de Donald Trump ? Même s'ils n'avaient pas réussi à l'arrêter, leurs voix auraient eu plus d'impact si au lieu de rejoindre les hérauts de la mondialisation ils étaient restés au plus près des enseignements de leur discipline.

Il y a presque 20 ans, j'écrivais dans un livre intitulé Has Globalization Gone Too Far? [La mondialisation va-t-elle trop loin] qu'en l'absence de réaction plus réfléchie de l'Etat face à la mondialisation, cette dernière risquait d'accroître la fracture sociale, d'exacerber les problèmes de répartition des richesses et de fausser le dialogue social – des idées communément admises aujourd'hui.

J'ai demandé à un économiste bien connu s'il voulait bien écrire quelques lignes sur la quatrième de couverture de mon livre. Il s'est montré réticent. Il n'était pas véritablement en désaccord avec mon analyse, mais craignait que mon argumentation ne fournisse "des munitions aux barbares". Les protectionnistes utiliseraient mon texte (notamment en ce qui concerne les inconvénients de la mondialisation) pour justifier leurs idées étroites et égoïstes.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Rf6JQur/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.