Donald Trump with senators Jim Watson/Getty Images

Les complices de Trump

NEW YORK – Le 20 février 1933, une réunion secrète a lieu dans la somptueuse résidence d’Hermann Goering, à Berlin. Plus de 20 industriels majeurs d’Allemagne, parmi lesquels Gustav Krupp, Friedrich Flick, et Fritz von Opel, sont là pour assister à un discours d’Hitler, qui va leur promettre la sécurité de leurs actifs sous son règne. Ces industriels accepteront de soutenir le Parti nazi à hauteur de plus de deux millions de reichsmarks, une somme colossale et presque suffisante pour financer la campagne électorale qui s’annonce.

Peu de ces hommes sont des nazis convaincus, voire aucun d’entre eux. À l’époque, ils sont membres du Herrenklub allemand (club masculin de la haute société), extrêmement conservateur, sans pour autant être national-socialiste. Seulement voilà, en agissant au service de leurs propres intérêts, ils vont devenir les soutiens d’Hitler.

Ils seront en effet les complices d’un régime criminel à l’initiative de tueries de masse, et à l’origine de la destruction de leur pays. Leurs propres entreprises bénéficieront considérablement du travail forcé. Thomas Mann a qualifié l’Herrenklub d’« artisan du malheur ». Cela n’empêchera pas Flick et bien d’autres de poursuivre une carrière prospère à l’issue de la guerre, après avoir purgé de faibles peines de prison.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/AJRdxnI/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.