Drumpf Timothy A. Clary/Getty Images

Trump contre l'Occident

NEW YORK – Dans moins de 50 jours, nous saurons qui sera le prochain président des États-Unis. Bien que la candidate démocrate Hillary Clinton ait une certaine avance dans les sondages nationaux, cette avance s'est réduite à une quasi-égalité, ce qui signifie que son adversaire républicain, Donald Trump, pourrait bien triompher. Les observateurs américains examinent en effet quelles pourraient être les suites éventuelles des 100 premiers jours au pouvoir de Trump Président. Ce n'est pas beau à voir.

Avec la candidature de Trump, la réalité est devenue plus incroyable que la fiction. Aucun scénariste d'Hollywood n'aurait osé inventer un candidat à la présidentielle (encore moins un président réel), aussi ridicule que Trump. En comparaison, Frank Underwood, le personnage joué par Kevin Spacey, le protagoniste mauvais et fourbe de la version américaine de la série télévisée House of Cards, qui commet un meurtre au cours de la série, ressemble à une sorte d'hybride entre Kant et Lincoln.

Trump est le Mussolini de la télé-réalité de l'Amérique. Il n'est pas seulement un politicien populiste et isolationniste : il en est une caricature. En l'élisant à la présidence, les électeurs américains accompliraient ce que ni l'Union soviétique durant la Guerre froide, ni islamistes fondamentalistes actuels n'ont jamais réussi : saper (et potentiellement détruire), le système démocratique de la plus grande puissance du monde.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/S6dFd1Z/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.