La démocratie pas seulement au bout des doigts

DENVER – L’une des images d’actualité les plus symboliques – et peut-être l’une des plus trompeuses – du début du XXIe siècle n’est autre que le sourire des Irakiens montrant leur index tâché d’encre bleue après avoir voté aux élections de leur pays en janvier 2005. Pour beaucoup, il s’agissait du tout premier vote des Irakiens au cours de l’histoire.

Ces images étaient censées démontrer que la démocratie était enfin arrivée en Irak. Sans élections, un régime politique ne peut s’affirmer démocratique. Ainsi, beaucoup ont pensé qu’un processus électoral consciencieusement organisé (l’index tâché d’encre empêchant les électeurs de voter plusieurs fois) suffisait à prouver que les choses avaient changé.

Seulement voilà, la démocratie est un régime très complexe, dans lequel la régularité des élections ne constitue qu’une nécessité parmi tant d’autres. L’absence d’élections est évidemment synonyme d’absence de démocratie. Mais la réciproque ne se vérifie pas nécessairement. Les élections sont une composante nécessaire mais pas suffisante de la démocratie, qui implique également l’existence d’institutions pérennes incarnant les valeurs démocratiques.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/8k5rs49/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.