rpersaud14_Doug Mills-PoolGetty Images_trump twitter Doug Mills/Pool/Getty Images

Le danger associé à la confiscation de la plateforme de Trump

LONDRES – Les plateformes de médias sociaux ont fini par se montrer hostile envers Donald Trump. Depuis que le président américain a déclenché une violente attaque contre le Capitole le 6 janvier, qui a fait cinq morts, des plateformes comme Twitter (longtemps son mégaphone préféré) ou Shopify (sur laquelle il a vendu des produits dérivés) l'ont interdit. Et Parler – la plate-forme sans modérateur qui est devenue la nouvelle tocade de l'extrême droite et le probable refuge de Trump – a temporairement fermé après que Amazon a expulsé le site de ses services d'hébergement sur le Web.

Les efforts visant à supprimer la plateforme numérique de Trump ont été largement salués comme essentiels pour atténuer « le risque de nouvelles incitations à la violence », selon les termes de la déclaration de Twitter. Mais l'exclusion de Trump des médias sociaux va-t-elle vraiment rendre l'Amérique plus sûre ? Des recherches psychologiques récentes suggèrent que la réponse est non. Après tout, les narcissiques ne réagissent pas bien à l'exclusion sociale.

Il y a évidemment un débat considérable sur la question de savoir si cette dénomination correspond bien au cas de Trump. L'article 7.3 des principes d'éthique médicale de l'American Psychiatric Association – communément appelé « règle Goldwater » – est limpide : les cliniciens doivent s'abstenir de donner publiquement leur avis sur la santé mentale des personnalités publiques qu'ils n'ont pas personnellement examinées.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/xTnwWlhfr