WB headquarters DC Brooks Kraft

Trump, le multilatéralisme malgré lui

FLORENCE – Donald Trump n'est pas arrivé à la présidence des États-Unis en tant que défenseur du multilatéralisme. Les partisans de tous bords politiques pourront en convenir. Certaines de ses déclarations de campagne parmi les plus controversées suggéraient que l'OTAN était obsolète, une position qui laisse présager le pire quant à son attitude envers d'autres organisations et alliances multilatérales.

La semaine dernière, cependant, Trump a fait marche arrière, rassurant le public du Commandement central américain, à Tampa, en Floride (le siège des forces américaines qui opèrent au Moyen-Orient). « Nous soutenons fermement l’OTAN », a-t-il déclaré, expliquant que son « problème » avec l'Alliance concernait la nécessité de s’assurer de contributions financières complètes et correctes de tous les membres, et non pas les dispositions de sécurité fondamentales.

Ce point de vue plus nuancé reflète sans doute une nouvelle appréciation, née des exposés de ses conseillers en matière de sécurité ou simplement du retour à la réalité imposé par l’entrée en fonction, du fait que le monde est un endroit dangereux. Même un président qui s’est engagé à mettre « l'Amérique d'abord » semble désormais reconnaître que ce n’est pas une mauvaise chose de disposer d’un cadre au sein duquel les pays peuvent poursuivre des objectifs communs.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/Z9Rjwju/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.