President Donald Trump attends a state dinner at the Great Hall of the People Thomas Peter - Pool/Getty Images

Donald, de droit divin

WASHINGTON, DC – Le président des États-Unis, Donald Trump, ne semble pas avoir beaucoup en commun avec le dictateur nord-coréen Kim Jong-un, mais les tendances autocratiques de Trump deviennent chaque jour plus apparentes. Des propositions d’étendre le pouvoir présidentiel, qui eussent autrefois paru grotesques – tant d’un point de vue constitutionnel qu’au regard des pratiques établies de longue date – sont aujourd’hui débattues comme s’il s’agissait d’idées normales.

Kim pourrait trouver en Trump – le premier président des États-Unis qui rencontre un dirigeant nord-coréen (ce qui en soi, avant même que ne s’engage une négociation, est un cadeau) – une tournure d’esprit familière, du moins lorsqu’on la compare à celle de ses prédécesseurs. Mais ceux qui ont fondé l’Amérique seraient scandalisés de ce que leurs idées, pourtant inscrites dans la Constitution, sont devenues. Résolus à ne pas permettre qu’un nouveau roi s’installe au pouvoir, ils donnèrent plus d’importance au Congrès qu’à la présidence et la première place dans la Constitution des États-Unis, où les pouvoirs présidentiels sont définis par l’article II. Trump s’en prend directement à une idée essentielle : la responsabilité du président devant ses concitoyens.

Si la présidence s’est renforcée à mesure des années, le Congrès, durant l’administration Trump, a fait preuve d’une attitude timide et subordonnée. Parce que les dirigeants du Parti républicain, qui contrôle à la fois la Chambre des représentants et le Sénat, craignent la base qui appuie Trump. Ils ne peuvent se permettre de s’attirer les foudres d’environ 30 % à 35 % des Américains, qui soutiennent passionnément le président, et ne se soucient ni des bornes que dépasse sa conduite personnelle, ni de la dégradation de la parole publique, qui acquiescent même aux brutalités qu’il inflige aux familles d’immigrants et se préoccupent peu qu’il ne laisse pour ainsi dire plus aux États-Unis aucun ami dans le monde.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/VwPCpyS/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.