36

La fin de la lune de miel de Trump avec les marchés

NEW-YORK – A l'élection de Donald Trump, la Bourse a fait un bond impressionnant vers les hauteurs. Les investisseurs étaient enivrés par les promesses de Trump d'une stimulation budgétaire d'ampleur, de la dérégulation des secteurs de l'énergie, de la santé et des services financiers, et d'une baisse marquée de l'impôt (sur les sociétés, sur les revenus du capital et du travail, la taxe foncière). Mais à l'épreuve de la réalité de la politique économique de Trump, la Bourse va-t-elle continuer à grimper ?

Il n'est pas surprenant que les entreprises et les investisseurs aient été enthousiastes, car Trump a appliqué la recette économique classique du parti républicain de soutien à l'offre. Ses retombées sont supposées profiter à tous, mais en réalité elles bénéficient surtout aux entreprises et aux personnes fortunées, sans guère générer d'emplois ou de hausse du salaire des ouvriers. Selon le Tax Policy Center, un organisme non partisan, presque 50% des allègements d'impôts proposés par Trump bénéficieront aux 1% des revenus les plus élevés.

Pourtant l'enthousiasme des milieux d'affaires pourrait céder la place à une peur primale : la Bourse commence déjà à s'essouffler et la lune de miel avec les investisseurs pourrait se terminer rapidement. Il y a plusieurs raisons à cela :

1) L'anticipation de la stimulation budgétaire a poussé la Bourse à la hausse, mais elle a aussi conduit à la hausse des taux d'intérêt à long terme, ce qui nuit aux dépenses d'investissement et aux secteurs qui dépendent des taux d'intérêt comme l'immobilier. Quant au renforcement du dollar, il va détruire beaucoup d'emplois occupés par des ouvriers qui constituent la base populaire de l'électorat de Trump. Le président a peut-être "sauvé" 1 000 emplois dans l'Indiana en intimidant et cajolant tour à tour le fabricant de climatiseurs Carrier, mais l'appréciation du dollar depuis son élection pourrait aboutir à la suppression de près de 400 000 emplois.