Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

posner2_MelinaMaraTheWashingtonPostviaGettyImage_nancypelosiamericanflags Melina Mara/The Washington Post via Getty Images

Le piège de la mise en accusation

CHICAGO – Les Démocrates américains ont commis une grave erreur en lançant une procédure de mise en accusation à l'encontre du Président Donald Trump. Ils sont en train de reproduire la mise en accusation de Bill Clinton par les Républicains en 1998, un exercice futile qui a porté tort aux Républicains, a renforcé les pouvoirs de Clinton et a également causé du tort aux institutions.

Le facteur commun à ces deux mises en accusation, c'est que dès le début, il était clair que le Sénat américain n'aurait jamais pu appliquer la sentence, ce qui exige une majorité des deux tiers. Les 45 Démocrates du Sénat reprochaient à Clinton d'avoir commis un parjure devant un grand jury, d'avoir fait obstruction à la justice et d'avoir eu une aventure extraconjugale avec Monica Lewinsky, une stagiaire de la Maison Blanche. Mais ils n'ont pas estimé que ce comportement fût un motif suffisant à sa révocation. Ce comportement n'était pas suffisamment scandaleux pour avoir le dessus sur leur fidélité politique à un président toujours populaire auprès des électeurs.

Les Républicains à l'origine de la mise en accusation savaient que très rares seraient les Démocrates du Sénat à voter en faveur de la sentence (en fait, aucun de n'a voté en ce sens). Mais les Républicains espéraient gêner les Démocrates et causer du tort à Clinton, en croyant qu'ils allaient remporter quelques sièges aux élections de novembre 1998 en lançant une procédure de mise en accusation avant cette date. Ils ont eu tort. La popularité de Clinton s'est accrue une fois la procédure de mise en accusation achevée. La plupart des Américains ont cru que la mise en accusation était une erreur.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/io44AOvfr;
  1. pisaniferry106_Mark WilsonGetty Images_phase one agreement trump china  Mark Wilson/Getty Images

    Explaining the Triumph of Trump’s Economic Recklessness

    Jean Pisani-Ferry

    The Trump administration’s economic policy is a strange cocktail: one part populist trade protectionism and industrial interventionism; one part classic Republican tax cuts skewed to the rich and industry-friendly deregulation; and one part Keynesian fiscal and monetary stimulus. But it's the Keynesian part that delivers the kick.

    0
  2. yu49_ShengJiapengChinaNewsServiceVCGviaGettyImages_G20trumpjinpingshakehands Sheng Jiapeng/China News Service/VCG via Getty Images

    PS Say More: Keyu Jin

    Keyu Jin assesses the “phase one” US-China trade deal, questions whether the US can ever accept China’s development model, and highlights a key difference in how the Hong Kong protests are viewed inside and outside China.
    0