Gaza Land Day Protests Nur Photo/Getty Images

Trump, la politique étrangère américaine et le Moyen-Orient

RAMALLAH – La communauté internationale a été plongée dans la stupeur par la victoire inattendue de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine et de nombreux pays – les alliés des États-Unis en particulier – sont vivement préoccupés par ce que cette nouvelle administration leur réserve. Pour les Palestiniens, désespérés, cette nouvelle présidence pourrait cependant représenter une lueur d’espoir.

Trump a gagné grâce au soutien de citoyens frustrés et en colère et les Palestiniens sont encore plus furieux et désespérés que l’électorat américain blanc qui a voté pour lui. Mais la réaction optimiste des Palestiniens et l’anxiété des pays alliés des États-Unis  ont la même origine : Trump est un outsider politique, peu lié aux acteurs traditionnels de la politique étrangère américaine ou aux groupes d’intérêt qui l’ont façonnée.

Sans grand bagage idéologique et politique, Trump n’est pas tenu à des positions spécifiques sur la plupart des enjeux politiques, qu’ils soient nationaux ou étrangers. Il pourrait donc modifier des conventions qui ont souvent été préjudiciables pour la Palestine, transformant ainsi les règles du jeu. Dans son discours de victoire, il a promis que son administration « traiterait chacun équitablement – tous les peuples et toutes les autres nations ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/qxh2jSB/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.