Indian children in typical Rajasthani village Tim Graham/Getty Images

L’ordre mondial de demain

MADRID – L’annus horribilis 2016 est désormais derrière nous. Les événements malheureux de l’année qui vient de s’achever – vote de sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne, élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, persistance des atrocités en Syrie – n’ont cependant été que les symptômes d’un processus de dissolution du système mondial libéral fondé sur des règles, entamé longtemps auparavant. Malheureusement, ces symptômes accélèrent aujourd’hui le déclin du système.

L’ordre libéral est depuis plusieurs années sous pression. Un constat des plus évidents réside dans le manque d’avancées autour du développement d’institutions et d’instruments juridiques. Pour résumer la situation, nous nous sommes efforcés de résoudre un casse-tête consistant à concilier d’une part le concept de puissance mondiale au XXIe siècle avec d’autre part les institutions nées de la Seconde Guerre mondiale.

Que ce soit au Conseil de sécurité des Nations Unies ou au Conseil d’administration du Fonds monétaire international, une représentation faussée et révélatrice d’une époque révolue vient mettre à mal la légitimité des institutions mondiales, ainsi que leur capacité à répondre à de nouveaux défis. Ceci provoque une réorientation en direction de mécanismes informels, tels que le G20 et autres institutions nouvelles et expérimentales de type Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/dvb8GGJ/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.