21

La politique industrielle déficiente de Trump

CAMBRIDGE – Le président élu des États-Unis Donald Trump n'est pas encore entré en fonctions, pourtant son style déficient en politique industrielle est sur le devant de la scène depuis sa victoire surprise du mois de novembre.

Dans les semaines qui ont suivi son élection, Trump revendiquait déjà une victoire. Grâce à une combinaison d'incitations et d'intimidation, il a convaincu l'entreprise de chauffage et de climatisation Carrier de conserver une partie de ses activités dans l'Indiana, « en sauvant » ainsi près de 1 000 emplois américains. En déplacement dans l'usine Carrier peu de temps après, il a mis en garde d'autres entreprises qu'il leur imposerait de lourdes taxes douanières si elles délocalisaient leurs usines à l'étranger puis expédiaient ensuite leurs produits sur le territoire américain.

Son compte Twitter a produit un flux de commentaires de la même veine. Il s'est attribué le mérite de la décision de Ford de garder une usine de Lincoln au Kentucky, plutôt que de la délocaliser au Mexique. Il a menacé la société General Motors de droits d'importation si elle continuait à importer des Chevrolet Cruzes du Mexique, au lieu de les fabriquer aux États-Unis.

Trump a également poursuivi des entrepreneurs de la défense pour leurs dépassements de budget, il a notamment réprimandé le géant de l'aéronautique Boeing et Lockheed Martin à différentes reprises, en leur reprochant de produire des avions trop chers.