0

Une transition en crise ?

LONDRES – Les marchés émergents européens ont vécu cette année la pire crise jamais traversée depuis la grande «ampnbsp;récession de transitionampnbsp;» qui fit suite à la chute du communisme. Cinq pays devraient connaître une chute de leur PIB de l’ordre de deux chiffres. Les prêts non productifs du secteur bancaire et le chômage continuent de grimper dans de nombreux pays.

Cette région européenne en transition traverse sans aucun doute une crise profonde. Mais est-ce vraiment une crise de la transition du communisme vers une économie de marchéampnbsp;? Comment ont réagi les institutions et les politiques issues du processus de transitionampnbsp;? La crise pourrait-elle remettre en question les réformes en faveur de l’économie de marchéampnbsp;?

Tout en étant la région émergente à avoir le plus souffert de la crise, l’Europe centrale et orientale a généralement évité l’effondrement de ses devises, les défaillances bancaires systémiques et les pics d’inflation qui ont caractérisé les crises précédentes. Une situation tout à fait remarquable au regard de sa profonde intégration au reste du monde.

Cette profonde intégration est malgré tout duelle. D’un côté, elle a contribué à créer des liens économiques et une dépendance financière qui ont rendu nombre de ces pays très sensibles à la crise occidentale. D’un autre côté, elle a permis d’atténuer les effets d’un afflux important de capitaux, effets qui se sont avérés être très négatifs lors des crises passéesampnbsp;; elle a contribué à une plus grande maturité des institutions et des réponses données aux problèmes intérieurs et a aussi permis de mobiliser un large soutien international.