ms2560.jpg Margaret Scott

La charade du libre échange

NEW YORK – Alors que rien, depuis son lancement il y a près d'une dizaine d'années, n'est sorti du Programme de Doha pour le développement, un cycle de négociations commerciales mondiales sous l’égide de l'Organisation mondiale du commerce, un autre round de négociations est en préparation. Cependant, cette fois, les négociations ne se dérouleront pas sur une base multilatérale mondiale; au lieu de cela, deux grands accords régionaux – l’un transpacifique et l’autre transatlantique – doivent être négociés. Les prochains pourparlers sont-ils susceptibles d'avoir plus de succès?

Le Cycle de Doha a été torpillé par le refus des États-Unis de mettre fin à leurs subventions agricoles – une condition sine qua non pour tout véritable cycle de développement, étant donné que 70% de la population des pays en développement dépend de l'agriculture, de manière directe ou indirecte. La position américaine était véritablement à couper le souffle, étant donné que l'OMC avait déjà jugé que les subventions accordées au coton américain – qui bénéficient à moins de 25.000 riches agriculteurs – étaient illégales . La réponse de l'Amérique a été de corrompre le Brésil, qui avait déposé la plainte, pour le convaincre de ne pas poursuivre l'affaire, laissant sur le carreau des millions de pauvres cultivateurs de coton en Afrique subsaharienne et en Inde, qui souffrent de la baisse des prix en raison de la générosité de l'Amérique envers ses riches agriculteurs.

Compte tenu de cette histoire récente, il semble maintenant clair que les négociations visant à créer une zone de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Europe, et un autre entre les Etats-Unis et une grande partie du Pacifique (à l'exception de la Chine), ne portent pas sur l'établissement d'un véritable système de libre-échange. Au lieu de cela, l'objectif est un régime commercial géré – géré, c'est à dire qui sert les intérêts particuliers qui dominent depuis longtemps la politique commerciale occidentale.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/XnAoDRA/fr;
  1. haass102_ATTAKENAREAFPGettyImages_iranianleaderimagebehindmissiles Atta Kenare/AFP/Getty Images

    Taking on Tehran

    Richard N. Haass

    Forty years after the revolution that ousted the Shah, Iran’s unique political-religious system and government appears strong enough to withstand US pressure and to ride out the country's current economic difficulties. So how should the US minimize the risks to the region posed by the regime?

  2. frankel100_SpencerPlattGettyImages_mansitswithumbrellawallstreet Spencer Platt/Getty Images

    The US Recovery Turns Ten

    Jeffrey Frankel

    The best explanation for the current ten-year US economic expansion – tied for the longest since 1854 – is disappointingly simple: the Great Recession was the worst downturn since the 1930s. And if the dates of American business cycles were determined by the rule that most other countries apply, the current expansion would be far from beating the record.

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.