Trop gros pour vivre

NEW YORK – Une nouvelle controverse fait rage : que requièrent les nouvelles régulations pour restaurer la confiance dans le système financier et s’assurer qu’une autre crise ne survienne à nouveau d’ici quelques années. Le Gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mervyn King, a demandé que soient imposées des restrictions sur le genre d’activités dans lesquelles peuvent s’engager les méga-banques. Le Premier Ministre, Gordon Brown, pour sa part, prêche tout autre chose. Car après tout, la première banque britannique à tomber fut la Northern Rock dont la principale activité était le crédit immobilier, ce qui a coûté quelques 50 milliards de dollars.

Selon Brown, de telles restrictions n’empêcheront pas la survenue d’une autre crise. Mais King a raison d’exiger que soient bridées les banques qui sont trop importantes pour faire faillite. Aux Etats-Unis, en Grande Bretagne, et ailleurs, les grandes banques sont responsables d’une grande part du surcoût que les contribuables ont dû assumer. L’Amérique a laissé 106 banques plus petites faire faillite, ne serait-ce que cette année. Ce sont les méga-banques qui entrainent les méga-coûts.

La crise est le résultat d’au moins huit défaillances qui bien que distinctes sont interconnectées :

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/RiYsPgE/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.