0

Bientôt le Printemps de l'Ukraine

Les Ukrainiens sont tenus de croire à trois grands mensonges, trois idées fausses : la première consiste à dire que tous les malheurs actuels - l'effondrement de l'économie, la pauvreté et le chômage - sont les conséquences naturelles de la transition postcommuniste. Cette affirmation est non seulement cynique et cruelle, mais aussi dangereusement inexacte. En réalité, les Ukrainiens sont privés de leur richesse nationale par un Etat malhonnête, des ententes illicites, la corruption et l'incompétence des dirigeants.

La deuxième idée fausse est d'imaginer que quelqu'un va surgir de je ne sais où pour venir à notre secours. Nous attendons naïvement le moment où une aide va tomber du ciel. Arrêtons de croire que la solution va venir de l'extérieur. Que faisons-nous de notre dignité ? Le moment est venu de comprendre que c'est aux Ukrainiens de sauver l'Ukraine. Nous devons mettre en oeuvre toute notre ingéniosité et notre savoir-faire au lieu d'attendre une aide étrangère.

La troisième idée fausse est la crainte de l'instabilité et de troubles sociaux au cas où le président Koutchma et ses affidés perdent les prochaines élections. Mais au lieu de troubles, ce sera la fête si Koutchma est battu. Dans tous les cas l'instabilité est improbable, car les responsables à tous les niveaux oublieront Koutchma aussitôt terminé le décompte des voix qui marquerait sa défaite. Ils seront bien trop occupés à penser à leur carrière pour songer à lui ou pour fomenter des troubles. En outre, dans les autres pays, un changement de gouvernement est plutôt considéré comme un signe de stabilité institutionnelle. L'Ukraine a besoin de ce changement, elle est prête pour cela.

Les élections législatives qui auront lieu le 31 mars apporteront une réponse à la grande question que tout le monde se pose au sujet de l'Ukraine : les Ukrainiens pourront-ils surmonter leur manque de confiance en eux-mêmes et leur peur pour faire que leur pays devienne véritablement démocratique et indépendant ? Allons-nous rester pour toujours des esclaves craintifs ? Dans ce dernier cas, peu importe le maître, que ce soit Koutchma, son successeur, la Russie ou toute autre puissance. Aujourd'hui les Ukrainiens ont le moyen pacifique et légal de transformer le pays et d'accéder à la liberté. Pour cela, nous devons nous unir contre le régime en place.