0

Il faut ratifier le nouveau START

WARSAW – Observateur de longue date de la vie politique américaine, je ne suis pas sans ignorer que la décision de ratifier le nouveau traité START incombe aux sénateurs Américains. Ce traité portant sur le contrôle des armements avec la Russie a été négocié plus tôt cette année sur la base d’une évaluation précise des intérêts nationaux des deux pays. En tant que les représentants démocratiquement élus par le peuple américain, les sénateurs sont les seuls à pouvoir déterminer ce que sont ces intérêts.

Les Etats-Unis demeurent la nation la plus importante de la planète, cependant, et la décision sénatoriale aura inévitablement un impact au delà des frontières du pays. Il sera particulièrement important pour la Pologne, loyal allié des Etats-Unis au sein de l’OTAN. Il faut donc être clair : mon gouvernement soutient la ratification du nouveau START, parce que nous croyons que cela renforcera la sécurité de notre pays, et celle de l’Europe dans son ensemble.

Les efforts du président Barack Obama en faveur du désarmement nucléaire sont largement soutenus par la Pologne. Le premier Premier ministre démocratique du pays, et deux de ses anciens présidents, dont Lech Walesa, le légendaire dirigeant de Solidarnosc, ont cosigné une déclaration publiée l’année dernière pour soutenir l’action audacieuse d’Obama en faveur du désarmement.

Depuis près d’un an maintenant, depuis l’expiration du premier Traité START en décembre 2009, aucun inspecteur américain ne s’est rendu sur le terrain en Russie pour vérifier l’état de son arsenal nucléaire. Les dispositions de vérification du START permettent d’obtenir des informations cruciales qui sont essentielles au processus de planification des forces.